MAGDA vue par Tobie Nathan

Dans le Magazine des livres en kiosque le 20 novembre, une critique éclairée de Brigitte Bontour de Qui a tué Arlozoroff ? de Tobie Nathan

Qui a tué Arlozoroff ?

En Israël, l’expression « Qui tué Arlozoroff ? » signifie qu’on ne sait pas, qu’on n’a pas la solution à la question posée. Elle tire son origine de la mort jamais élucidée de Haïm Arlozoroff  tué sur une plage de Tel Aviv en juin 1933. Ce jeune dirigeant sioniste très populaire qui serait probablement devenu un homme politique de tout premier plan en 1948 si le sort en avait décidé autrement est au cœur du livre de Tobie Nathan.

 

En effet ce jeune  intellectuel  dont la famille, fuyant les pogroms russes, s’était installée à Berlin avant d’émigrer en 1924 pour la Palestine, fut une figure majeure de la future nation d’Israël.

 

Six mois avant la mort d’Arlozoroff, Hitler avait pris le pouvoir. Certains ont vu un rapport entre les deux évènements, d’autres ont mis en cause l’extrême-droite israélienne, mais personne n’a jamais été en mesure de prouver l’une ou l’autre hypothèse. Dirigeant du Mapaï, ancêtre du parti travailliste, Haïm Arlozoroff ne manquait pas d’ennemis  et rentrait de Berlin où il venait de négocier « les accords de transfert ». Accords qui permettraient aux juifs allemands de s’exiler en échange de leurs biens restés en Allemagne — et cela jusqu’en 1938. Une mesure très critiquée mais qui permit à des milliers de ses compatriotes d’avoir la vie sauve.

 

Toutefois le Haïm Arlozoroff qui intéresse Tobie Nathan est moins l’homme politique que l’amant adolescent de Magda Friedländer qui deviendra plus tard Magda Goebbels. Cet épisode est d’autant moins connu que  la jeune Magda très amoureuse d’Arlozoroff avait failli  émigrer avec lui pour la Palestine avant ses deux mariages : le premier avec un homme d’affaires de vingt ans son aîné et le second avec le ministre de la propagande, Josef Goebbels. Deuxième union qui eut pour témoin, Hitler en personne  et précipita cette femme velléitaire dans la folie nazie la plus totale, puisqu’elle se suicida le même jour que le chancelier après avoir tué ses six jeunes enfants.

 

Elle était d’autant plus embarrassante pour le pouvoir Hitlérien que, ni Magda l’égérie du Troisième Reich élevée par un beau-père juif qu’elle avait dénoncé par la suite, ni les dignitaires nazis ne pouvaient supporter l’existence  d’un amant juif qu’elle aurait suivant, la thèse de Tobie Nathan continué à voir jusque dans les années trente ! La disparition d’Arlozoroff  était donc dans ces conditions souhaitée par Goebbels et peut-être même par Magda.

 

C’est à travers le personnage de Ezra Moreno, un journaliste contemporain que l’auteur tente de résoudre les énigmes posées par les personnalités charismatiques qui furent à l’origine d‘Israël. L’ethnospsychiatre va jusqu’à échafauder dans son roman la thèse que les Allemands n’auraient fait la guerre que dans le but de tuer des juifs afin de s’approprier leur force par une sorte de cannibalisme mental primitif.

 

Thriller politique autant qu’élaboration historique, le livre contient aussi de belles descriptions de Tel-Aviv où l’auteur a été Conseiller culturel à l’Ambassade de France durant cinq ans.

Brigitte Bontour

 

Tobie Nathan

Qui a tué Arlozoroff ?

Grasset  425p

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s