une critique de la nouvelle interprétation des rêves dans « Le Temps »

Vous ouvrez l’œil. Première déglutition du jour. Quel jour? Ah, oui. Mais attendez, avant de sauter du lit: c’était quoi déjà? Vous y êtes, ne le lâchez pas, sinon il s’évapore: «Juste à la sortie du sommeil, comme on cueille une plante aromatique au matin, lorsqu’elle ouvre à peine son calice gorgé de substances, à peine humidifiée par les premières gouttes de rosée, c’est alors qu’on ramasse le rêve, encore tendu des dynamiques de la nuit.» Lire la suite …/…

Tobie Nathan: «Quand un rêve se répète, c’est qu’il cherche son interprète»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s