Le dossier du Nouvel Obs 19-25 avril 2012

Le Nouvel Observateur 19-25 avril 2012

Faut-il brûler la psychanalyse ?

Extraits :

« Or ce qui fit sa force il y a quarante ans est aujourd’hui son talon d’Achille : la théorie psychanalytique, si elle a humanisé la santé mentale, n’a pas évolué au rythme de la science. Au nom de la liberté, elle a même eu tendance à la fuir. Elle a rejeté en bloc les versions successives du « Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux » (DSM), publié par la psychiatrie américaine, continuant à s’accrocher asa classification limitée aux névroses et aux psychoses. La remise en question est presque une hérésie. Déjà, en 1985, un article du docteur Escoffier-Lambiotte, dans « le Monde », qui pointait les découvertes sur les origines génétiques de l’autisme, avait suscité une vague de protestations des psychanalystes. En 2004, encore, ils snobent une étude de l’Inserm comparant les différents types de psychothérapie et concluant que les méthodes comportementalistes et cognitivistes se révélaient plus efficaces que celles inspirées de Freud. L’heure n’est toujours pas à la catharsis. Les intégristes de l’inconscient continuent de refuser toute évaluation. La pédiatre, épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inserm Anne Tursz l’a constaté en enquêtant auprès de 50 psychiatres (dont la moitié sont psychanalystes).

Elle a noté « une dévalorisation de la recherche en général voire une affirmation de son inutilité, et une véritable hantise des publications américaines, des classifications, échelles et outils, tout ceci semblant vécu comme des outils de restriction de l’espace de liberté professionnelle ».

Tobie Nathan, Nathalie Zajde : Psychothérapie démocratique

Rendez-vous manqués avec la science, mais aussi avec les grands mouvements sociaux. Dans «Psychothérapie démocratique »), à paraître le 27 avril, le professeur de psychologie clinique Tobie Nathan souligne la façon dont la psychanalyse a perdu son crédit aux Etats-Unis, autre terre d’élection : dans les années 1970, au moment des grandes revendications gay, elle continue à considérer l’homosexualité comme une perversion et une « maladie ». Dans les années 1980, en pleine explosion de l’épidémie du sida, elle persiste à conseiller l’arrêt brutal de la drogue aux toxicomanes, préalable à tout travail thérapeutique, alors que la distribution gratuite de seringues est prônée par tous les soignants. Plus récemment, elle n’a pas mesuré l’enjeu du débat sur le mariage gay, l’adoption au sein des couples homo parentaux et la transsexualité. Certes, les grands principes de la théorie freudienne (le « ça », le « moi » et le « surmoi ») sont encore enseignes en philosophie dans les lycées. Certes ils imprègnent encore la pédopsychiatrie. Mais désormais ce sont les psychiatres comportementalistes (Christophe André, Patrick Légeron…) qui trustent les rayons des librairies et les médias. Après les parents d’autistes, les dyslexiques, les schizophrènes, les bipolaires, les dépressifs pourraient à leur tour monter au créneau. Aux Etats-Unis, un bipolaire vient d’ailleurs d’intenter un procès à son psychothérapeute qui, en quinze ans, ne lui a jamais proposé le traitement médicamenteux susceptible de réguler son humeur. Le constat de Tobie Nathan: «La psychanalyse est en fin de règne. » Comme l’historienne de la psychanalyse Elisabeth Roudinesco et le philosophe Alain Badiou (voir leur appel p. 100), il plaide pour un renouveau des pratiques. Sortir du déni. Ou mourir. »

 JACQUELINE DE LINARES

Publicités

3 réflexions sur “Le dossier du Nouvel Obs 19-25 avril 2012

  1. Le meilleur psychanaliste est soi-même. Car, l’homme est le seul à pouvoir comprendre ce qui se trouve au fond de lui-même. Tôt ou tard, le subconscient, qui est sa propre mémoire, lui fera comprendre et reprendre
    le chemin là où il l’a laissé.

  2. Brûler la psychanalyse ? Non, la laisser mourir à petit feu. Aucun concept psychanalytique ne tient la route et 50% des psychiatres sont psychanalystes… De quels dégâts sont-ils encore la source ? Tout comme Bruno Bettelheim, qui est toujours cité, et les autistes…

  3. Brûler la psychanalyse ? Plutôt la laisser brûler à petits feux. Tous les concepts de la psychanalyse sont faux, il suffit de lire P. Janet. 50 % des psychiatres sont psychanalystes. Combien de dégâts commettent-ils encore ? Tout comme Bruno Bettelheim, toujours cité comme référence, avec les autistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s