Une interview

Tobie Nathan (DR)

Tobie Nathan (DR)

logoMariannedans Marianne du 14 septembre 2013

L’anti-Lévi-Strauss

Le nouveau film d’Arnaud Desplechin, « Jimmy P. », fait revivre la figure de Georges Devereux, pionnier de l’ethnopsychiatrie. Son disciple Tobie Nathan se remémore le stupéfiant érudit et le séducteur fantasque qu’il fut.

PROPOS RECUEILLIS PAR AUDE LANCELIN

Marianne : Qui est Georges Devereux, incarné par Mathieu Amalric dans le nouveau film d’Arnaud Desplechin ? 

Tobie Nathan : J‘ai très bien connu Georges Devereux. J’ai passé ma thèse de doctorat sous sa direction et travaillé avec lui pendant dix ans, à l’Ecole pratique des hautes études, où il fut le premier et le seul à tenir une chaire d’ethnopsychiatrie. Ma thèse portait sur les communautés sexuelles – ce que la presse appelait à l’époque les «mariages de groupe». Dans les années 70, on commençait à parler de ce phénomène, en Suède d’abord ; il y en eut aussi à Paris et dans les Cévennes, à Berlin, à Londres, aussi. Dans ces communautés, la sexualité était en principe libre et on était censé élever les enfants de manière communautaire. Le fait est que, au bout de deux ou trois ans, tout explosait, à cause de la jalousie, bien sûr …/…

Lire la suite ici <—

Publicités

4 réflexions sur “Une interview

  1. Bonsoir,

    J’était au Cinéma des Cinéastes hier, encore merci de votre présence,

    D’abord une histoire, puis une question…

    Ma voisine de fauteuil, suite à une de vos interventions, me demande ce que veut dire Ashkénaze – Je le lui dit, puis elle me demande si Devereux était Juif, lui ayant répondu : « pendant un moment » je l’entends murmurer : oui, on peut toujours arrêter d’être Juif, et tournée vers moi de nouveau, elle me questionne : Et dans ce cas on cesse d’être Ashkénaze ? NON !
    ( ravie moi-même de cette découverte )..

    Vous avez , au détours d’une question sur le rêve, commencé une phrase qui disait : Les Français ne rêvent plus depuis le Moyen Age cela leurs a été interdit ( je cite de mémoire )…. depuis hier cette phrase me trotte dans la tête… qu’auriez vous raconté si vous l’aviez poursuivie cette phrase ?

    Merci, Courtoisement, SAM

  2. Bonjour,

    J’écris ici ne sachant pas où vous écrire. Je viens de vous entendre à Radio-Canada. Je suis une de vos anciennes élèves de l’École Pratique de Service Sociale, promo 1977. Quel plaisir chaque fois de vous écouter.
    Je voulais vous remercier d’avoir été un prof, un bon prof, un de ceux qui vous marque et qu’on n’oublie pas ! Finalement je n’ai pas été longtemps assistante de service sociale mais j’ai travaillé souvent dans les milieux de l’immigration ou avec des immigrants. J’ai souvent pensé à vos enseignements. Je peux même dire qu’ils font partie maintenant de ma façon de voir en partie le monde.
    Je vous remercie vraiment du fond du coeur. Être votre élève est le plus beau cadeau que j’ai eu comme étudiante.

    Au plaisir de vous voir un jour à Montréal si jamais vous venez y faire une conférence.

    Amicalement et respectueusement !
    Sylvie Chaillou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s