Une conférence sur la psychothérapie

PSYCHOTHÉRAPIE DÉMOCRATIQUE

PAR TOBIE NATHAN

La psychothérapie est attaquée de toutes parts : théories floues, absence d’évaluations, déroulement des séances sans témoins, formations opaques… Et pourtant, il n’y a jamais eu autant de personnes touchées par la psychothérapie en France. En Afrique, en Inde ou en Chine, les dispositifs de prise en charge de la souffrance psychologique sont très différents de ceux qu’on rencontre dans notre société occidentale… Grâce à une discussion critique des différentes méthodes, cette pensée moderne se révèle être adaptée à un monde démocratique.

TN_espacedessciences

PSYCHOTHÉRAPIE DÉMOCRATIQUE

Une conférence de Tobie Nathan, professeur émérite de psychologie à l’Université de Paris VIII, diplomate et écrivain. Il est le représentant le plus connu de l’ethnopsychiatrie en France.

2 réflexions sur “Une conférence sur la psychothérapie

  1. Pour la « Science » , celle que l’on appelle ‘Dure’ la psychothérapie réveil l’embarras et la représentation de leur propre ‘désordre’, donc à le classer sur des canons rigides et supposément ‘objectif et objectivables’, les tant à la mode ‘données probantes’ . Ces collègues – porte-drapeaux de leur véhicule :la Science – construisent des châteaux forts avec des ponts basculants et fossés pleines de crocodiles! Mais la relation psychothérapique – sous presque toutes ses formes- est essentielle pour répondre les questions fondamentales de nous, les humains!
    Merci Tobie Nathan d’illuminer et .éclairer notre voie comme thérapeutes!

  2. Merci de nous faire partager cette belle conférence.
    Aux questions du public, je rajoute celle-ci :
    Dans un monde démocratique tout doit-il donc être public ?
    Votre proposition de prise en charge de la souffrance psychologique semble évincer la confidentialité.
    Les premiers chrétiens se confessaient publiquement, puis fut créé le confessionnal.
    Confessionnal devenu cabinet de psychanalyste dans sa version plus récente.
    Vouloir et pouvoir parler en confiance totale de son « Âme » me paraît être un besoin de l’humain tourmenté par « des choses ».
    Confessionnal, cabinet d’analyse, lieux étanches, confesseurs, analystes, tenus au secret. Toute cette mise en scène a fonctionné autour de ce besoin.
    Votre proposition de prise en charge de l’humain en souffrance par une assemblée pose le problème de la confiance qu’il peut avoir en elle.
    A moins que l’assemblée ne sache qu’elle est elle même en souffrance.
    Paul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s