sur le blog de Romanthé

Tobie Nathan, Ce Pays qui te ressemble, Paris, Stock, 2015

Tobie Nathan, Ce Pays qui te ressemble, Paris, Stock, 2015

Sur un blog « littéraire décalé »

Le blog de Romanthé

Ce pays qui te ressemble de Tobie Nathan

mardi 3 novembre 2015

…/…

Quand j’ai su qu’un nouveau roman de Tobie Nathan se cachait parmi les romans de la rentrée littéraire, je ne peux nier que j’ai été suspicieuse. J’ai lu en juin Ethno-roman, qui est avant tout une entreprise ethnologique/sociologique, et dont j’ai eu du mal à venir à bout.

Mais lorsque j’ai su qu’il avait fait son chemin jusqu’à figurer parmi les huit finalistes, puis les quatre, du Goncourt, j’ai compris que je ne pourrais pas y couper. Et je me suis rendue à mon devoir.

Bien m’en a pris.

…/…

Mon avis

Dès les premières pages, la verve de Tobie a fait son effet.
La société que l’on découvre à travers le quotidien et le parcours d’Esther et  Motty, puis de Zohar et Masreya, sans oublier les personnages secondaires comme Joe, Nino ou encore le roi lui-même, est passionnante. Les mœurs sont décrites finement, que ce soit dans les arcanes politiques du pouvoir ou dans les croyances populaires, j’ai pensé en lisant au Cœur cousu de Carole Martinez, et à certains classiques de la littérature française, les romans de Balzac et d’Hugo, transposés dans l’Égypte contemporaine. Non que l’oeuvre de Tobie Nathan manque de singularité, au contraire, mais elle a pour moi la force de grands romans de par l’entremêlement habile entre les sphères, entre les sujets.
Cette lecture m’a réjouie, m’a instruite aussi, et le style est délectable.
A découvrir!

…/…

Morceaux choisis

« Je suis né de ça… au pays des pharaons, d’une mère possédée par les diables et d’un père aveugle. Que pouvais-je faire entre ces deux-là qui s’aimaient d’une passion infinie? »

« Je suis fait de musiques endiablées, de viande de vipère et d’essence de lotus. Pour me protéger, j’ai reçu des fragments du Cantique et un nom surgi de la tombe. »

« Ô Masreya, fille de terre et de force; toi dont le destin est ouvert, pourquoi as-tu regardé en arrière? Pourquoi avoir ajouté les sens à votre passion? Ne vous suffisait-il pas d’être unis comme des siamois, vous qui n’avez qu’une seule âme pour vous deux…? […] Ces instants de la nuit s’inscrivirent pour chacun en une éternité qui allait s’égrener chaque jour de leur vie. »

« Le soir, il lui arrivait de danser pour eux et ils comprenaient, ces béotiens, ces innocents aux poches pleines, ce qu’était le don, cette faculté d’ouvrir son cœur qui échoit aux âmes engendrées par les forces de la terre. Masreya, mystérieuse et limpide, sensuelle et sévère, légère comme son pas de danse et dont le nom tirait sa profondeur des palmes du Delta : « l’Égyptienne! » »

pour lire la totalité de la chronique <—

Une réflexion sur “sur le blog de Romanthé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s