• Du commerce avec les diables

un texte de Tobie Nathan avec, en annexe, un article de Vincent Crapanzano intitulé: « Les Jnun »

aux Editions Le Seuil/Les Empêcheurs de penser en rond, Paris, novembre 2004 — 116 pages.

En quelques mots :

Dès que l’on évoque les êtres « invisibles » (djinn, ‘afritt, zar), autrement dit les « diables », qui co-habitent avec les humains, dans les pays du Maghreb, en Arabie, au Yémen, en Somalie, en Inde, au Pakistan, etc., les psychologues se précipitent sur des explications tout terrain comme s’il fallait absolument éviter de se confronter à des théories, à des pensées, qui mettent radicalement en cause leur volonté de faire science et d’avoir des explications a priori, valables universellement.
Qu’apprend-on, à l’inverse, si on entreprend l’« écologie » de ces êtres ?

Bref résumé

Un thérapeute confronté à des populations en provenance de ces pays, ne devrait pas fuir cette démarche, sauf à renoncer à soigner et à guérir. La question n’est plus désormais comment expliquer (mieux que les personnes concernées, mieux que leurs familles) le monde dans lequel elles vivent, ce que nous appelons de manière péjorative « leurs croyances »… La question est plus forte, plus profonde :  qu’avons-nous perdu, en voulant réduire les différents mondes à une explication unique ? Elle est aussi :  que pouvons-nous apprendre au contact de ces mondes autres ? C’est ce qui caractérise l’ethnopsychiatrie.

Dans le monde musulman, le thérapeute est soit un guérisseur coranique, soit un membre d’une confrérie religieuse (comme les gnawas du Maroc), soit un maître des esprits qui fait appel à ses propres jnouns pour partir à la recherche du s’hur, objet magique fabriqué porteur de l’action de sorcellerie. A partir de plusieurs cas cliniques, Tobie Nathan décrit les techniques utilisées par les guérisseurs. Il montre comment identifier un nouveau djinn, le nommer, connaître ses exigences et organiser un rituel spécifique. On apprend alors que le commerce avec les diables est difficile : il est placé sous le signe du marchandage, de la tromperie, de la ruse. Le thérapeute doit être plus malin qu’eux..

Les esprits invisibles pourraient bien avoir une fonction précise : permettre la réaffiliation de personnes menacées dans leur identité, par exemple lorsqu’un enfant d’une famille de migrants va à l’école. C’est donc la question des mondes auxquels nous appartenons, les risques de l’égarement, qui est posée ici.

 Extrait :

La nuit était en train de tomber sur le petit village lorsque le guérisseur est arrivé, monté sur son gigantesque bœuf. Il mesurait près de deux mètres et sa maigreur découpée dans la lumière du soleil couchant le rendait semblable à une ombre. Il était vêtu d’une longue robe blanche, une gallabeïa immaculée, et dans le silence qui s’était fait soudain quand les villageois l’ont aperçu, on entendait sa voix qui chantait « Allah, ya Allah »… Et c’était une voix de femme. Lorsqu’il est descendu de son étrange monture, les grelots tintant à ses chevilles et à ses poignets ; lorsqu’il s’est approché en souriant, découvrant deux magnifiques dents d’or, tout le monde a pu voir que ses yeux étaient maquillés de ko’hl comme ceux d’une courtisane. Les hommes ont murmuré « Lotti »… Adepte de Loth, autrement dit efféminé, homosexuel… Mais ils n’osaient pas se moquer de lui, encore moins le chasser, paralysés qu’ils étaient par la peur devant un cheikh el jenoun, un « maître des esprits ». On avait fait appel à lui parce que Djamila, la belle, la sensible, la timide Djamila, avait sombré depuis trois mois dans la plus profonde mélancolie.

En CD audio, une illustration sur l’écologie des djinns : Penser l’Invisible.
1 CD rom Collection « à voix haute ».
Paris, Gallimard, 2007.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s