L’intelligence par téléphone

Smartphone. Discussion avec l’invisible

fetishphoneNos souvenirs et nos relations sont contenus dans ce petit objet, si précieux. Mais que sommes-nous prêts à sacrifier à ce nouveau fétiche ?

Je l’ai croisée dans l’autobus. Debout près de la porte elle parlait très fort dans une langue que je ne comprenais pas, elle gesticulait, pestait… Sans doute est-elle folle, ai-je pensé, jusqu’à ce que j’aperçoive le micro du smartphone. C’est alors que j’ai compris qu’elle se disputait avec un parent resté au pays… Et si elle criait si fort, c’était pour qu’il l’entendît mieux, lui qui était si loin.Pourquoi l’ai-je d’abord pensée folle ? C’est que, dans ce monde dont on essaie de nous convaincre qu’il est désenchanté, une personne qui parle sans interlocuteur visible est victime d’hallucinations. Dissociée, incapable de prendre conscience que les voix émanent d’elle-même, elle s’acharnerait à leur répondre. Pourtant, ce n’est pas parce qu’on ne voit pas l’interlocuteur qu’il n’existe pas. Nul ne parle seul – pas davantage les fous que n’importe philomag107qui… Aujourd’hui, on a enfin compris qu’entendre des voix, c’est comme écouter un smartphone qu’on ne voit pas…Car la pratique du…

La suite ici, dans Philosophie Magazine N° 107   <—

Le rendre amoureux ? La rendre amoureuse ?

tn_penseLe 11/02/17 de 16h00 à 18h00

MAIF SOCIAL CLUB a le plaisir de recevoir le psychologue Tobie Nathan pour une conférence autour de son ouvrage « Philtre d’amour. Comment le rendre amoureux ? Comment la rendre amoureuse ? ».

MAIF SOCIAL CLUB a le plaisir de recevoir le psychologue Tobie Nathan, accompagné de Paula Jacques, pour une conférence autour de son ouvrage « Philtre d’amour. Comment le rendre amoureux ? Comment la rendre amoureuse ? ».

Intervenants Tobie Nathan Paula Jacques

Venez participer à un moment d’échange convivial autour de son parcours d’ethnopsychiatre et de son ouvrage « Philtre d’amour. Comment le rendre amoureux ? Comment la rendre amoureuse ? » qui renverse nos conceptions sur la passion amoureuse.

« On ne tombe pas amoureux au gré des rencontres, charmé par un corps harmonieux, un doux visage ou une belle âme, mais parce qu’on a été l’objet d’une capture délibérée. Objets magiques, philtres, parfums, prières, rites, paroles ésotériques, nourritures ou boissons préparées… je focalise ici mon intérêt sur les innombrables manières de faire et sur leurs modes d’action et d’efficace, sur les théories qui les gouvernent, sur les mondes qui les abritent… »

Tobie Nathan, octobre 2013

Cette rencontre sera animée par la journaliste Paula Jacques,

le 11 février 2017, de 16 à 18h00,

37 rue de Turenne, Paris 3ème – quartier Marais

au MAIF SOCIAL CLUB

– Accès depuis le métro :
ligne 1 (Saint-Paul), ligne 8 (Chemin Vert), ligne 5 (Bréguet-Sabin)

– Accès depuis le bus :
ligne 29 (Place des Vosges – Saint-Gilles), ligne 96 (Place des Vosges), lignes 76 et 69 (Birague – Saint Paul)

L’adoption

Dans le cadre de l’Université Populaire du Musée du Quai Branly,

Une conférence de Tobie Nathan sur l’adoption

le mercredi 14 décembre à 18h30

ladoption

L’adoption, en tant que modification de la filiation d’un enfant, est un phénomène relativement récent et surtout profondément ancré dans une culture où l’on pense que l’environnement est plus important que les ancêtres. Dans d’autres mondes, éloignés dans le temps ou dans l’espace, on semble plus circonspect devant la traversée des lignages. Comme si on savait qu’elle n’est jamais anodine, transformant les êtres et mobilisant les forces. Cette thématique sera illustrée d’exemples récents et de récits anciens issus des mythes et de la littérature.

Entrée libre

Entre les langues : Un atelier d’écriture avec Tobie Nathan

tn_lesmotsEntre les langues

Par : Tobie Nathan   /   FÉV. – AVR. 2017   /   Jeudi   /   Littérature

L’endroit d’où surgissent les récits : « Entre les langues ». Langue-mère de ceux qui, nés et grandis dans une langue, écrivent en français. Langue du pays perdu des immigrés et enfants d’immigrés. Langue des grands mères, comprise mais peu parlée. Langue des berceuses de mamans venues d’ailleurs. Et celles auxquelles on ne pense pas spontanément, ces langues du peuple qui ont du mal à se frayer un chemin vers l’académie, les langues interdites, aussi, langues coupables des faubourgs …

Pour lire la suite <—

Tobie Nathan : « Moi président, j’installerai un interprète des rêves à l’Elysée »

logo_franceinfoTobie Nathan : « Moi président, j’installerai un interprète des rêves à l’Elysée »

Tobie Nathan, psychologue et écrivain. (JOEL SAGET / AFP)

Tobie Nathan, psychologue et écrivain. (JOEL SAGET / AFP)

« Onirocrite ! C’est le nom du nouveau métier que Tobie Nathan se hâterait de créer dès son arrivée à la présidence de la République. Onirocrite, c’est-à-dire interprète de rêves et pour bien montrer l’importance de cette fonction il nommerait le premier à l’Elysée.

Pour Tobie Nathan, comprendre ses rêves est essentiel :  « Dans les rêves de la nuit, il y a très souvent les solutions que l’on s’est posé éveillé » explique-t-il.  « Cet onirocrite vous aidera donc à réfléchir aux solutions que vous avez trouvé durant votre nuit et va vous aider à prendre des décisions plus raisonnables dans le cours de la journée.  C’est indispensable pour les gens qui décident » affirme-t-il.

« Quand vous incitez les personnes à regarder à l’intérieur d’elle-même, d’essayer de trouver des solutions qu’elles n’ont jamais imaginé, qui sortent des sentiers battus, à partir de ce moment-là, de nouvelles pensées apparaissent » dit Tobie Nathan.

Ce dont nous manquons, c’est de l’imagination et l’imagination on en a plein les rêves !

Tobie Nathan

Radios-rêves

tn_rtsSur RTS — la radio suisse

Egosystème, samedi 1er octobre 2016, 13h03, à l’heure de la sieste

Le passeur de rêves

Nous rêvons tous, plusieurs fois par nuit, même si notre mémoire nous fait défaut, nous connaissons tous ces phases de sommeil paradoxal où l’esprit nous raconte des histoires. Rêver est une chance et s’en souvenir est une bénédiction. Si pour certains, les rêves sont une manière d’apprivoiser la réalité vécue et de nous aider à comprendre, pour Tobie Nathan, ils ne sont rien d’autre que des messages pour nous préparer à l’avenir. Dans chaque histoire rêvée, il y a un message, il faudrait donc les considérer comme des guides.

Professeur de psychologie, spécialiste en ethnopsychiatrie, Tobie Nathan nous dresse une carte des rêves et éclaire nos nuits à sa manière.