Dans Le Point du 30 mai 2011

« Qui a tué Arlozoroff ? » de Tobie Nathan

Haïm Arlozoroff a bien failli être le premier président de l’État hébreu. Mais, à la place, il prend deux balles dans la peau, vers minuit un soir de juin 1933, sur la plage de Tel-Aviv. Après plus d’un demi-siècle d’omerta, un journaliste se décide à fouiller le passé du dirigeant sioniste et découvre sa liaison avec celle qui allait devenir, vingt ans plus tard, l’épouse du ministre de la propagande d’Hitler : Magda Goebbels. L’équation est complexe, inconcevable. D’un côté, il y a Magda, l’Allemande catholique, une bâtarde qui porte longtemps le nom juif du mari de sa mère, avant d’épouser un richissime industriel, puis le « bouc » en deuxième noce. Coûte que coûte et jusqu’à la folie, elle voudra devenir « une déesse de la nation ». Et, de l’autre, Arlozoroff, le Russe juif d’extrême gauche, prince du Yichouv en son « presque pays » – Israël n’existe pas encore -, amoureux fou de sa Juliette (sadienne, non pas shakespearienne). Tout cela ne nous dit pas qui a tué ce pauvre Arlozoroff, mais fait le miel du sensationnel « romenquête » – aurait dit BHL – de Tobie Nathan.

Qui a tué Arlozoroff ? de Tobie Nathan (Points, 416 p., 4,50 euros).

Le 16 juin 1933 Arlozoroff est assassiné sur la plage de Tel-Aviv

Le 16 juin 2011 Qui a tué Arlozoroff ? sort en poche aux éditions Points/Seuil

Publicités

Tobie Nathan à « For Interieur » sur France Culture le 27 mai 2011

For Intérieur, une émission d’Olivier Germain-Thomas

Les fragments d’une personne qui finissent par former un destin. Il ne s’agit pas de les reconstituer artificiellement, mais de les faire venir afin qu’ils deviennent un ensemble organique où l’on retrouvera l’enfance, les grandes émotions fondatrices, les rencontres, les lectures, les jardins secrets…
A l’aspect biographique s’ajoute le fil rouge de l’oeuvre : les thèmes majeurs et les ruptures. Des  écrivains, des poètes, des peintres, des photographes, des « aventuriers de l’esprit », à l’occasion des anonymes à découvrir.

le vendredi de 21h à 22h, rediffusion le samedi de 6h à 7h  — Durée moyenne : 58 minutes

Olivier Germain Thomas avec Tobie Nathan avant l'émission

Invité, Tobie Nathan — 27.05.2011 – 21:00 

Réalisation: Anne Franchini

Invité: Tobie Nathan, professeur de psychologie clinique et pathologique, diplomate et écrivain.

Les musiques:

1) The Mamas and the Papas, « Dream a little dream of me »

2) Ismaël Lo: Tajabone

Olivier Germain Thomas et Tobie Nathan durant l'émission

une critique dans Cerveau & Psycho n° 45 mai-juin 2011

La nouvelle interprétation des rêves de Tobie Nathan — Odile Jacob, 249 pages, 2011

Dans cet ouvrage passionnant, Tobie Nathan s’appuie sur les données neurophysiologiques récentes tout en puisant dans le savoir des Anciens (grecs, juifs, musulmans) et des cultures africaines pour élaborer une proposition saisissante : le rêve est le garant de l’identité unique du rêveur. « Brouillon du lendemain », il est tourné vers l’avenir plutôt que vers le passé. Dispositif biologique de lutte contre cette érosion de soi que produit inéluctablement la vie en société, il est pensée totalement libre, production d’hypothèses sur le devenir possible du rêveur. Et la condition de sa réalisation dans le monde réel est son interprétation par un autre que soi. Tout l’art de l’interprétation va consister à comprendre l’univers spécifique du rêveur, sa singularité dans son univers socioculturel, son métier, sa langue, sa religion, ses coutumes, afin de l’interpréter au plus près de sa réalité. Illustré par des exemples cliniques surprenants, voilà un livre à la fois dense et accessible, qui fait penser et rêver.

 Catherine Grandsard, Université Paris 8

Une recension dans Le Monde des Livres




Sphynge s'emparant d'un dormeur

Le rêve, signal d’alerte

LE MONDE DES LIVRES | 12.05.11

par Frédéric Keck

Un siècle après L’Interprétation des rêves (1899) de Freud, il peut sembler audacieux d’en proposer une version « nouvelle ». Le défi est brillamment relevé par Tobie Nathan, et permet de mesurer l’innovation que constitue l’ethnopsychiatrie. Cette discipline, qu’il a fondée à la suite de Georges Devereux (1908- 1985), propose en effet de traiter les troubles mentaux à partir de la culture des patients. Elle substitue au discours savant sur l’inconscient un dispositif d’enquête collective sur les êtres qui apparaissent dans le trouble. Conséquence : là où la psychanalyse voit dans le rêve un ensemble de symboles à décoder, l’ethnopsychiatrie décèle un signal d’alerte appelant une forme de prédiction.

Au départ de ce renversement, un constat : l’hypothèse de Freud selon laquelle le rêve exprime de façon codée un désir inconscient ne rend pas compte du cauchemar. Comment comprendre le sentiment d’oppression qu’il suscite et la vivacité avec laquelle on s’en réveille, sinon comme la perception d’une agression cachée ? Le corps serait capable, selon Nathan, de se défendre contre l’agression dans le cauchemar, d’où l’érection du pénis et le mouvement des yeux qui l’accompagnent. Il faut en conclure que le rêve n’est pas un message à déchiffrer mais une action à poursuivre.

Une telle hypothèse est à la fois très ancienne et très neuve. Nathan la retrouve dans La Clé des songes d’Artémidore, grand classique d' »onirocritique » datant du IIe siècle …/…

…/… lire la suite

Qui a tué Arlozoroff en poche

à paraître le 16  juin 2011 en Points Seuil

Qui a tué Arlozoroff ?

 de TOBIE NATHAN

Ils sont jeunes, insouciants et s’aiment follement. Victor est juif, charismatique, porté par l’idéal communiste. Magda est allemande, solaire, et se cherche un destin. Il deviendra Victor Arlozoroff, leader sioniste d’extrême gauche. Elle sera Magda Goebbels, femme du chef de la propagande nazie. Pourtant, leur passion ne s’éteindra jamais. En 1933, Victor est tué. Magda l’a-t-elle sacrifié aux nazis ?

Né en 1948 en Égypte, Tobie Nathan fait ses études en France et devient professeur de psychologie à l’université. Spécialiste d’ethnopsychiatrie, diplomate, il est l’auteur de nombreux essais et de six romans.

« Un roman palpitant. »

Pierre Assouline

une notule dans La Recherche de mai 2011

La Nouvelle Interprétation des rêves de Tobie Nathan, paru chez Odile Jacob, 201 1, 256 p, — 21,90 €

Qui n’est pas intrigué par les rêves ? Dans cet ouvrage, le professeur de psychologie Tobie Nathan se penche sur leurs différentes caractéristiques : qu’est-ce qu’un rêve ~> Comment peut-on classer les différents rêves ? À quoi servent-ils ? Et surtout, comment les interpréter ? Fort de son expérience de thérapeute, l’auteur fait le tour de ces questions dans ce livre destiné à aider ceux qui cherchent à comprendre leurs rêves.

une critique fine de « qui a tué Arlozoroff ? »

Veuve noire ou mante religieuse

Le roman de Tobie Nathan, intitulé Qui a tué Arlozoroff? nous renvoie une fois encore aux arcanes du nazisme, il s’agit encore d’une sorte de thriller puisque le roman commence par l’assassinat du dirigeant juif Victor Arlozoroff sur une plage de Tel Aviv en 1933. Mais la perspective est cette fois centrée non sur la victime Arlozoroff, ni sur un improbable enquêteur de notre époque, Ezra Moreno, envoyé en Israël pour écrire un ouvrage intitulé… Qui a tué Arlozoroff?, mais sur une femme hors du commun, Magda Goebbels, la femme du très influent ministre de la propagande nazie, qui terminera ses jours dans le bunker berlinois d’Hitler après avoir tué ses six enfants et s’être suicidée avec Goebbels.

lire la suite…