marcher au pas de la science

Un portrait de Tobie Nathan

le 2 janvier 2014, sur France Culture, à 14h00

TN@RadioFrance« Je suis comme la goutte qui file entre les doigts pour s’en aller rejoindre la source… », écrit-il de lui. Né en 1948, juif d’Egypte, il aurait dû s’appeler Yom Tov, mais les circonstances historiques et politiques de la vie lui ont enlevé ce droit. On le nomma officiellement Eïd, sur le papier, mais tout le monde l’appelait Tobie. « J’ai toujours été étrange à moi-même », dit-il ! Et c’est peut-être ce parcours, les aléas de  sa vie, les rencontres, les souvenirs de son univers cosmopolite de l’enfance qui ont fait de lui le tenant de l’ethniopsychiatrie, en France et ailleurs, cette science qui tient compte de l’origine cuturelle et religieuse pour soigner les patients.

Tobie Nathan est un homme que l’on aime ou que l’on déteste, il ne laisse personne indifférent. Dans le monde de la psychanalyse, il a bouleversé les codes, s’est élevé contre des principes établis et les méthodes en cours ; il a inventé des outils et une autre façon d’apporter la psychanalyse la plus avancée aux personnes les plus démunis, aux migrants, tout en s’enrichissant de  leurs savoirs et de leurs pratiques.

Il se met à l’école de ceux qui viennent le consulter, en chercheur, et ses patients deviennent des collaborateurs dans cette démarche et dans le respect de la multiplicté des êtres.
Du Caire à la France, retour sur le théâtre de la vie ou des vies de Tobie Nathan, professeur émérite de psychologie clinique et pathologique à l’université de Paris VIII, diplomate, écrivain, ce qui l’a construit, ce qui le nourrit, son patrimoine historique et culturel, son chemin d’homme de science et d’homme tout court, ses univers personnel et public,dans une émission spéciale ‘Grand portrait’ de La Marche des sciences. Emission émaillée d’archives sonores de l’INA et de reportages surprises réalisés par Céline Du Chéné auprès de proches de notre invité.

La Marche des sciences

Syndiquer le contenupar Aurélie Luneau — Le site de l’émission

Publicités

à lire sur le net

Les philtres d’amour ont-ils réellement disparu ?

Agnès Giard

Agnès Giard

Dans nos sociétés modernes, l’amour ne serait plus qu’une affaire de choix… C’est du moins ce que nous croyons. Dans un livre intitulé Philtre d’amour, l’ethno-psychiatre Tobie Nathan dénonce l’illusion collective qui consiste à se croire libéré de la magie amoureuse : Il y a toujours et encore des stratégies pour rendre l’autre fou de passion, dit-il. Recettes à l’appui.

Plus personne n’utilise de philtre d’amour. Plus personne ne vole un cheveux à l’autre pour y faire un noeud en secret. Plus personne ne glisse sous votre lit une pomme contenant en son coeur évidé du sperme de bouc noir en rut mélangé à du sang humain…

par Agnès Giard

pour lire la suite ici <—

Eclats de ville, éclats de vie

LogoFrCultureà ne pas rater : l’émission du samedi 21 décembre à 20h00 sur France Culture :

Ouvrons ce Carnet nomade par la recette d’un philtre d’amour, prise dans le livre de Tobie Nathan autour de la passion amoureuse, « Philtre d’amour. Comment le rendre amoureux, comment la rendre amoureuse », Tobie Nathan qui est l’un des passagers de ce Carnet nomade, avec également le grand Chef Phung Sakal, que j’ai rencontré à Ho-Chi-Minh, dans le restaurant du Sofitel Saigon Plaza, avec Paul Lê, grand gastronome et disciple d’Escoffier. Et aussi Jean-Christophe Rufin qui nous racontera son voyage à Compostelle dont une nouvelle version accompagnée de photographies prises par Marc Vachon vient de sortir. Voici la recette, pas si facile à réussir : Deux coeurs d’hirondelle liés ensemble par un long cheveu d’or, auxquels on ajoute une langue de loup ou une langue d’ours et un fragment en fer d’une épée. On scelle le tout dans une peau de serpent et on dépose l’objet magique sous le lit, des nouveaux mariés par exemple……

Amoureux?moyInvités :

Tobie Nathan : Philtre d’amour Ed. Odile Jacob

Jean-Christophe Rufin : Immortelle randonnée, photos de Marc Vachon. Ed. Gallimard

Phung Sakal, Chef de L’ Olivier Restaurant, à Saïgon Ho-Chi-Minh

Paul Lê, gastronome, membre des disciples d’Escoffier

Le site de l’émission <—