sur le Blog « Le nouveau cénacle »…

Une critique de L’étranger ou le pari de l’autre…

Le prince de l’ethnopsychiatrie publiait il y a un mois un petit livre singulier où sont abordées les notions d’étranger et d’altérité. L’étranger ou le pari de l’autre est un court texte surprenant par son angle d’attaque, son écriture, et son érudition.

LetrangerEn ces temps de campagnes électorales permanentes où la gauche critique la droite et où la droite fait de même, en ces temps où il devenu socialement risqué d’être contre, en ces temps où la rencontre de l’autre est devenue obligatoire et par là même vidée de son sens, le terme « étranger » s’emploie à toutes les sauces. L’étranger est toujours politique. Qu’il soit une voix récupérable, ou un ennemi fédérateur, il est condamné à rester lui-même. Qu’il s’assimile complètement ou qu’il s’intègre en imposant ses traditions, il sera toujours mal vu et restera étranger.

Or l’étranger est toujours un semblable. C’est la première vertu du livre de Tobie Nathan.

Nous rappeler que celui que l’on nomme « étranger » est toujours semblable à nous, des « semblables qui habitent ailleurs, dans d’autres lieux, dans d’autres langues- des semblables  tout de même ! » (p.12)

Tobie Nathan nous parle des cultures où « l’autre » celui qu’il appelle « l’invisible non humain », a une place de choix parmi les vivants…

Lire la suite <—

Publicités

en librairie le 16 avril 2014

 

CouvEthnoRomanPocheEthno-Roman en Livre de Poche

Prix Femina de l’essai 2012

« Né en Égypte, je suis égyptien, comme le furent mes ancêtres, enterrés dans le cimetière du Caire, à Bassatine, depuis des temps immémoriaux. (…) Ayant vécu enfant à Rome, je suis italien, comme il était inscrit sur nos passeports. Ayant grandi à Genevilliers, je suis communiste, comme l’était cette ville, héritière des années de guerre. Ayant eu vingt ans en 68, j’ai à la fois vécu passionnément la révolution culturelle française et traversé les événements comme Fabrice à Waterloo. Formé à l’Institut Saint-Jacques, j’ai essayé d’épouser au moins l’identité de psychanalyste, mais n’y suis pas parvenu. Je suis comme la goutte qui file entre les doigts pour s’en aller rejoindre la source… »

Ethno-roman offre une vision excentrée et captivante du monde, soutenue par l’incessant désir de vivre, d’agir et d’apprendre.

Eglal Errera, Le Monde des livres